Aller au contenu
Agir
Faire un don
ou montant libre :
/mois
Grâce à la réduction d'impôts de 66%, votre don ne vous coûtera que : 5,1 €/mois

Menu presse

.

Contacts

Pour toute demande d'interview ou recevoir nos communiqués de presse :

+33 1 53 38 66 00

spresse@amnesty.fr

+33 6 76 94 37 05 (soir & week-end)

Menu presse

.

Contacts

Pour toute demande d'interview ou recevoir nos communiqués de presse :

+33 1 53 38 66 00

spresse@amnesty.fr

+33 6 76 94 37 05 (soir & week-end)

Iran. Nouvelle vague d’attaques violentes contre des manifestant·e·s et fidèles baloutches

La répression incessante des autorités iraniennes contre les rassemblements hebdomadaires pacifiques de milliers de manifestant·e·s et fidèles de la minorité baloutche opprimée en Iran à Zahedan, dans la province du Sistan-et-Baloutchistan, est montée d’un cran vendredi 20 octobre : les forces de sécurité ont procédé à des passages à tabac, ont utilisé de manière illégale gaz lacrymogènes et canons à eau, et se sont livrées à des arrestations arbitraires massives, des disparitions forcées, des actes de torture et des mauvais traitements, a déclaré Amnesty International le 26 octobre 2023. L’organisation demande aux autorités de cesser de recourir à la force illégale lors de la prochaine manifestation ce vendredi et de respecter le droit à la liberté de réunion pacifique.

Les gouvernements doivent sans attendre appeler les autorités iraniennes à ne plus recourir illégalement à la force ni aux armes à feu contre les manifestant·e·s pacifiques, à cesser de torturer les détenu·e·s et à libérer tous les mineur·e·s et toutes les personnes incarcérées pour avoir exercé pacifiquement leurs droits humains.

Diana Eltahawy, Amnesty International’s Deputy Regional Director for the Middle East and North Africa

Les preuves recueillies par Amnesty International, dont des entretiens avec des témoins et des séquences vidéos, dressent un tableau bien sombre de la brutalité infligée à des milliers de fidèles et de manifestant·e·s pacifiques, dont des enfants d’à peine 10 ans. Des centaines de personnes, dont de nombreux enfants, ont été violemment arrêtées et beaucoup sont toujours victimes de disparitions forcées. Des détenus mineurs et adultes ont été torturés et autrement maltraités, notamment passés à tabac et blessés par des tirs de billes de peinture à bout portant.

« Les autorités redoublent de violence pour empêcher les manifestant·e·s baloutches de se rassembler chaque semaine à Zahedan. Les gouvernements doivent sans attendre appeler les autorités iraniennes à ne plus recourir illégalement à la force ni aux armes à feu contre les manifestant·e·s pacifiques, à cesser de torturer les détenu·e·s et à libérer tous les mineur·e·s et toutes les personnes incarcérées pour avoir exercé pacifiquement leurs droits humains, a déclaré Diana Eltahawy, directrice régionale adjointe pour le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord à Amnesty International.

« L’impunité systémique en Iran a permis cette nouvelle vague de torture à l’encontre des manifestant·e·s, dont des enfants, soulignant la nécessité pour les États du monde entier de diligenter des enquêtes pénales sur les crimes de droit international commis par les autorités iraniennes en vertu du principe de compétence universelle. »

Une avalanche de tirs et de coups

Selon des témoins, le 20 octobre, à la fin de la prière du vendredi, les forces de sécurité ont lancé des pierres sur les milliers de fidèles quittant tranquillement le Grand Mosalla, le plus grand lieu de culte de Zahedan. Alors qu’un millier de manifestant·e·s sortaient de la mosquée et commençaient à descendre tranquillement la rue Razi, les forces de sécurité ont encerclé les milliers de fidèles restants qui quittaient le site et leur ont ordonné d’attendre jusqu’à ce que « la situation se calme ».

Quelques minutes plus tard, les forces de sécurité ont lancé illégalement des gaz lacrymogènes et, par intermittence, tiré au fusil à plomb sur les manifestant·e·s pacifiques. Un témoin a assuré avoir vu plusieurs adolescent·e·s qui avaient des plombs logés dans la tête ou la poitrine. Une petite minorité de manifestant·e·s a riposté en jetant des pierres.

Ils se sont dispersés lorsque les forces de sécurité ont ouvert le feu et utilisé les canons à eau, les aspergeant d’un liquide jaune, dans le but de faciliter ensuite l’identification et l’arrestation de ceux qui sont marqués.

Les forces de sécurité ont pourchassé ceux qui s’enfuyaient et arrêté tous ceux qui étaient à leur portée, y compris les enfants.

Vidéo obtenue par Amnesty International montrant la répression d’une manifestation pacifique à Zadehan dans la province du Sistan-et-Baloutchistan le 20 octobre 2023.

Un témoin a déclaré : « J’ai vu les forces de sécurité frapper des enfants qui avaient tout juste 10 ans, ainsi que des jeunes et des personnes âgées, à coups de matraque… Elles traînaient les manifestant·e·s par terre, tout en leur assénant des coups de pied et de poing. »

Des témoins ont ajouté que les forces de sécurité ont tiré des gaz lacrymogènes à l’intérieur de la mosquée Grand Makki, alors que des centaines de manifestant·e·s pacifiques s’y étaient réfugiés, et ont violemment arrêté le personnel gardant l’entrée.

D’après des témoins, les forces de sécurité ont continué de procéder à des arrestations, même une fois la manifestation dispersée, ciblant les personnes soupçonnées d’y avoir participé, ainsi que ceux qui avaient filmé la scène depuis un bâtiment voisin.

Parmi les services de sécurité impliqués dans la répression, citons les Forces spéciales de la police iranienne (yegan-vijeh), les gardiens de la révolution en uniformes et des agents en civil, certains portant des habits traditionnels baloutches et des masques.

Le Laboratoire de preuves du programme Réaction aux crises d’Amnesty International a examiné 32 vidéos et images du 20 octobre 2023, qui corroborent les récits des témoins. Cinq vidéos et images montrent de jeunes enfants présentant des plaies ouvertes ou des blessures à la tête.

Arrestations massives et actes de torture

Les forces de sécurité ont aussi interpellé des centaines de fidèles devant le Grand Mosalla.  D’autres ont été roués de coups et avertis qu’ils ne devaient plus prendre part aux futures prières du vendredi dans ce lieu.

Une fois arrêtés, ils ont été emmenés au complexe sportif d’Emam Ali et roués de coups avant d’être transférés dans des centres de détention gérés par les gardiens de la révolution, le ministère du Renseignement ou la police, où ils affirment avoir été soumis à des actes de torture et des mauvais traitements. Certains ont par la suite été libérés ou transférés à la prison centrale à Zahedan ou, dans le cas de certains mineurs, dans un centre de détention pour mineurs.

Selon un proche qui a été autorisé à rendre visite à deux mineurs, ceux-ci ont raconté avoir été sévèrement battus à coups de matraque, l’un d’entre eux pleurant de manière inconsolable.

Un autre proche a indiqué que les autorités chargées des poursuites avaient ordonné le placement en détention de ses deux enfants pendant 30 jours, tout en refusant de révéler où ils se trouvaient.

Amnesty International a obtenu des récits mettant en lumière des actes de torture et des mauvais traitements généralisés infligés aux personnes détenues, y compris mineures, pendant les transferts depuis et vers les centres de détention.

Un membre de la famille d’un détenu adulte libéré a raconté que les forces de sécurité frappaient et donnaient des coups de pied aux détenus sur tout le corps et le visage : « De nombreux détenus, dont des mineurs, ont eu des fractures aux mains et aux jambes… J’ai vu un enfant avec une entaille ensanglantée sur la joue. Ils l’ont abandonné quelque part dans la ville sans même le conduire dans un centre médical. »

J’ai vu un enfant avec une entaille ensanglantée sur la joue. Ils l’ont abandonné quelque part dans la ville sans même le conduire dans un centre médical.

Un témoin de la répression du 20 octobre à Zahedan, Iran

Il a également raconté que les forces de sécurité ont enlevé les chemises des détenus et les ont placés debout, face au mur, les yeux bandés, avant de leur tirer des billes de peinture sur le dos et les hanches, à bout portant. 

Il a transmis à Amnesty International une image choquante qui montre des blessures par pénétration sur le corps de la victime.

Se préparer à de nouvelles violences

Des témoins affirment que, dans la matinée de l’attaque, les forces de sécurité ont été déployées en grand nombre à Zahedan et que de nouveaux postes de contrôle ont été installés dans les rues qui mènent au lieu de culte, ce qui semble pointer une répression calculée.

Cette dernière escalade de violence est liée à la volonté renforcée d’écraser les manifestations hebdomadaires à Zahedan. Haalvsh, organisation baloutche de défense des droits humains basée en dehors du pays, a indiqué qu’en septembre 2023, le chef de la police iranienne, Ahmadreza Radan, a menacé les leaders tribaux et religieux locaux au sujet des rassemblements hebdomadaires qui se déroulent depuis que le mouvement « Femme, Vie, Liberté » a éclaté il y a plus d’un an.

Les habitant·e·s craignent que les autorités ne se préparent à de nouvelles effusions de sang. Une femme a prié Amnesty International de « veiller à ce que les voix des manifestant·e·s baloutches soient entendues », affirmant : « Nous subissons une répression violente depuis une année entière. Notre situation est terrible, et d’autres incidents graves peuvent survenir n’importe quel vendredi. »

Amnesty International engage une nouvelle fois la communauté internationale à faire pression sur les autorités iraniennes pour qu’elles permettent à la mission d’établissement des faits de l’ONU de se rendre librement dans le pays en vue d’enquêter sur les violations des droits humains liées au soulèvement.

The post Iran. Nouvelle vague d’attaques violentes contre des manifestant·e·s et fidèles baloutches appeared first on Amnesty International.

Menu presse

.

Contacts

Pour toute demande d'interview ou recevoir nos communiqués de presse :

+33 1 53 38 66 00

spresse@amnesty.fr

+33 6 76 94 37 05 (soir & week-end)

Sur le même pays

Iran. La mort du président Raisi ne doit pas empêcher les victimes de son sinistre bilan en matière de droits humains d’obtenir des comptes

Publié le : 22.05.24

La mort du président Ebrahim Raisi ne doit pas priver les Iranien·ne·s de leur droit à la justice, à la vérité et à des réparations pour la multitude de crimes de droit international et de violations des...

Iran. Une campagne vise à faire appliquer les lois sur le port obligatoire du voile, par le biais de la surveillance généralisée et de saisies massives de voitures

Publié le : 06.03.24

Les autorités iraniennes mènent une campagne d’envergure pour faire appliquer les lois répressives relatives au port obligatoire du voile, en mettant en place une surveillance généralisée des femmes et...

Iran. Avec les exécutions d’un manifestant présentant un handicap mental et d’un Kurde victime de torture, les autorités font preuve de toujours plus de cruauté

Publié le : 24.01.24

L’exécution par les autorités iraniennes de deux hommes, à l’issue de procès d’une iniquité flagrante, marque une descente effrayante dans de nouveaux abysses de cruauté, a déclaré Amnesty International...

Iran. L’universitaire irano-suédois Ahmadreza Djalali, détenu arbitrairement, risque d’être exécuté à titre de représailles

Publié le : 22.12.23

En réaction aux derniers événements inquiétants indiquant que l’universitaire irano-suédois Ahmadreza Djalali, détenu arbitrairement en Iran depuis avril 2016, risque d’être exécuté de manière imminente...

Iran. Les forces de sécurité ont eu recours au viol et à d’autres formes de violences sexuelles pour écraser le soulèvement « Femme. Vie. Liberté. » en toute impunité

Publié le : 06.12.23

Les forces de sécurité iraniennes ont recouru au viol et à d’autres formes de violences sexuelles constituant des actes de torture et d’autres formes de mauvais traitements, afin d’intimider et de punir...